CHEO Logo
Decrease Text SizeIncrease Text SizeFacebookTwitterYoutubeInstagramLinkedIn

Banner
image decoratif
 
retour az

Articles sur la santé

Les allergies mortelles
Nous avons tous un rôle à jouer

Le 29 septembre, la petite Sabrina, 13 ans, est morte à la suite d’une réaction allergique grave (anaphylaxie) après avoir mangé des frites dans son école secondaire de Pembroke. Un certain nombre d’erreurs se sont produites après la réaction. Le plus important : Sabrina n’avait pas sous la main son EpiPen®.

Sabrina savait ce qu’était l’anaphylaxie. Elle connaissait les précautions à prendre. Elle était également consciente de l’importance de la sensibilisation et de l’éducation du public en matière d’anaphylaxie. En fait, quand elle avait 10 ans, elle a produit un documentaire pour la radio de CBC avec l’aide de sa tante, intitulé « A Nutty Tale ». Mais à 13 ans, elle a oublié de prendre garde et a fait une erreur fatale, qui lui a coûté la vie. Pour de nombreuses personnes qui vivent avec l’anaphylaxie — oublier de prendre garde, ne plus se méfier, même pendant quelques instants, ce n’est pas une option.

Cela peut être très effrayant que d’avoir un enfant ou un adolescent qui présente une allergie mortelle. Les parents se font du souci, qu’il soit avec eux ou loin d’eux. Bien que les parents d’enfants vivant avec une allergie mortelle doivent assumer la responsabilité de la sécurité de leur enfant, ils doivent aussi être en mesure de compter sur le respect et le soutien des membres de la communauté. Que ce soit à l’école, en garderie ou dans les centres récréatifs, la compréhension et le savoir des membres de la communauté peuvent faire une grande différence.

Il faut enseigner aux enfants et aux adolescents ayant une allergie mortelle ce qu’il faut faire en cas de réaction anaphylactique. Certains enfants allergiques ont un peu peur d’aller à l’école. Ils se posent des questions comme :

  • Serai-je en sécurité à l’école?
  • Serai-je taquiné?
  • Est-ce qu’on m’écoutera si j’ai une réaction?
  • Est-ce que l’on saura quoi faire pour m’aider?

Les parents, et mêmes les enseignants, ont parfois peur aussi. La sensibilisation au sein de la communauté scolaire aide les enfants à ne pas être taquinés et les garde en sécurité.

Comme parent, vous pouvez faire comprendre à votre enfant pourquoi les arachides et les produits à base d’arachides ne sont pas autorisés à l’école et ce qu’il ou elle peut faire pour garder ses amis allergiques en sécurité. Vous pourriez suggérer ces petits conseils :

Ce qu’il faut faire

  • Se laver les mains après avoir mangé.
  • Repérer ce qui pourrait rendre malade ses amis allergiques.
  • Obtenir de l’aide d’un adulte si on se fait du souci concernant un ami allergique.

Ce qu’il ne faut pas faire

  • Ne pas partager sa nourriture avec un ami allergique.
  • Ne pas partager de pailles, de boissons ou d’ustensiles.
  • Ne pas taquiner quelqu’un qui a des allergies alimentaires.

La nourriture est la cause la plus courante d’anaphylaxie, mais les piqûres d’insectes, les médicaments, le latex ou l’exercice peuvent aussi déclencher une réaction. Les allergènes alimentaires les plus courants sont les arachides, les noix, les fruits de mer, les œufs et le lait.

L’anaphylaxie affecte plusieurs systèmes de l’organisme : la peau, les voies respiratoires supérieures et inférieures, le système gastro-intestinal et cardiovasculaire. Le choc anaphylactique est une réaction explosive du système immunitaire en réponse à un agent déclencheur (allergène). Il est caractérisé par une enflure, de la difficulté à respirer, des crampes abdominales, des vomissements, de la diarrhée, un effondrement circulatoire, le coma et la mort.

Les symptômes du choc anaphylactique tendent à se développe rapidement bien que la présentation initiale puisse se produire à retardement ou soit faussement légère. La victime pourrait se sentir mal et avoir le visage rouge. Elle pourrait aussi avoir le cœur qui bat vite, une sensation de picotements et de démangeaisons de la peau, des pulsations dans les oreilles, éternuer, tousser et avoir du mal à respirer. L’état de choc pourrait alors suivre, les vaisseaux sanguins laissant fuire le sang. La tension artérielle tombe, la personne a des sueurs froides et s’évanouit.

Environ 1–2 pour cent des Canadiens courent un risque de réaction anaphylactique. Plus de 50 pour cent des Canadiens connaissent quelqu’un ayant une allergie mortelle.

Bien que l’anaphylaxie soit le plus souvent diagnostiquée pendant l’enfance, elle peut aussi se développer plus tard au cours de la vie. Vivre avec l’anaphylaxie peut représenter un défi. Les personnes qui ont ce problème doivent apprendre comment éviter l’allergène causant leur réaction. Ils doivent aussi être prêts à répondre à une réaction inattendue. Il est donc important d’être réévalué régulièrement pour surveiller ce problème.

Si vous soupçonnez que votre enfant a une allergie, n’oubliez pas de le mentionner au médecin et assurez-vous que votre enfant soit examiné par un allergiste le cas échéant.

Pour obtenir de plus amples informations sur l’anaphylaxie, rendez-vous au site Web de la Fondation canadienne d’allergie, d’asthme et d’immunologie

Rendez-vous au Why Risk It, un site Web créé par Anaphylaxie Canada qui fait la promotion d’un style de vie sain pour les jeunes vivant avec de graves allergies alimentaires. (en anglais seulement)

Groupe d’entraide pour l’anaphylaxie d’Ottawa, 819-778-2562

Impliquez-vous
image decoratif

Promotion des intérêts

Vous aussi pouvez aider!

image decoratif

Je contribue

Les façons de contribuer 

image decoratif

Je partage

Partagez votre histoire!

Liens rapides

Programmes et info santé
magnifying glass

Letter aLetter bLetter cLetter eLetter fLetter g Letter hLetter iLetter jLetter kLetter lLetter mLetter nLetter oLetter pLetter qLetter rLetter sLetter t Letter uLetter vLetter wLetter xLetter yLetter z