CHEO Logo
Decrease Text SizeIncrease Text SizeFacebookTwitterYoutubeInstagramLinkedIn

Banner

image decoratif

#1lieupourallermieux

Les histoires

Liens rapides

Une seule porte qui soutienne Abby sans lui causer de stress

Voici Abby. Quand elle s’endort, elle arrête de respirer. Ses parents ont dû se précipiter pour la première fois aux urgences du CHEO quand elle n’avait que cinq jours. Puis pendant les 16 ans qui ont suivi, sa famille a dû continuer à la ramener au CHEO d’innombrables fois. Teresa n’aurait jamais pensé qu’une seule porte puisse tellement améliorer la vie de son aînée. En fait, les portes causent de l’isolement, ce qui cause de l’anxiété. Maintenant encore, la famille ne ferme pas les portes des chambres à coucher. Abby a besoin de nombreux services des médecins, des orthophonistes et des ergothérapeutes. Tous ces rendez-vous isolent les parents dont les enfants ont des besoins complexes. « Nous ne nous réjouissons pas uniquement d’avoir un seul établissement, mais de pouvoir créer une communauté. » Solution : Construire dans le campus du CHEO un édifice où se trouveraient les médecins et les spécialistes et où les familles pourraient trouver des ressources et se rencontrer.

Un appel à l’aide désespéré

« Ces enfants sont gravement malades. Ils ont besoin d’un endroit où on les traite avec amitié, où l’on se concentre sur les enfants; un endroit où l’on se préoccupe de leur bien-être », dit Christine. Elle n’aime pas le fait qu’on envoie les patients atteints de maladies moins graves en consultation externe sur le chemin McArthur. Hazel, 17 ans, souffre d’ESPT et d’une profonde anxiété. Elle n’est pas retournée à l’école depuis plus d’un an. Elle fait de l’automutilation. Une fois, elle s’est coupée à la nuque et a écrit « Aidez‑moi! » sur le mur avec son sang. Christine est convaincue que sans le CHEO, Hazel serait morte aujourd’hui. Hazel désire ardemment qu’on l’aide. Elle a développé une relation profonde avec sa psychiatre au 311 McArthur. Voilà pourquoi sa mère et elle y retournent régulièrement. Hazel a déjà été hospitalisée. Son cas n’a rien d’exceptionnel, de très nombreux patients font la navette entre l’Hôpital et la consultation externe. Comme elle a d’autres troubles, Hazel a des rendez-vous réguliers à l’Hôpital. Parfois on lui fait des prélèvements sanguins en lien avec ses médicaments de santé mentale. Il serait bien plus facile pour Christine de se rendre à un seul endroit pendant les congés qu’elle a dû négocier avec son employeur pour amener sa fille à ses multiples rendez-vous. Solution : Construire à côté de l’Hôpital un édifice accueillant où Hazel sentira qu’on se préoccupe de son bien-être. Christine pourra l’amener à un endroit unique.

Les Canadiens ont la réputation de s’excuser, mais cette psychiatre en a ras le bol!

Voici Marjorie Robb, psychiatre. Elle s’occupe avec passion d’améliorer la vie des enfants et des adolescents qui ont une maladie mentale et qui sont parmi les citoyens les plus vulnérables de notre ville. Cependant, elle est fatiguée de s’excuser auprès de ces jeunes et de leurs familles de les recevoir entassés dans un bureau et dans une salle d’attente beaucoup trop petits et très peu accueillants. Il fait très froid dans certaines salles et beaucoup trop chaud dans d’autres. On entend tout ce qui se dit dans les bureaux, ce qui menace terriblement la confidentialité des renseignements personnels. De plus, il n’y a pas de sécurité dans l’édifice. Il y a quelque temps, un adolescent qu’il fallait hospitaliser au CHEO était si dangereux envers lui-même et envers ses parents, qu’elle et un collègue ont dû rester avec l’adolescent et son parent pendant près de quatre heures en attendant la police. L’attente s’est avérée très longue et inconfortable pour l’ado et pour son parent. Solution : Faire déménager Marjorie et ses collègues dans un nouvel édifice dans le campus du CHEO.

La sûreté et la sécurité réconfortent, et tout le monde en profite

Emily, la fille de Carol, a 15 ans et elle reçoit de nombreux services dans les cliniques de génétique, d’endocrinologie, de dentisterie et de santé mentale du CHEO. Elle a été hospitalisée au CHEO et a visité les services de consultation externe du 311 McArthur. Quand elle était enfant, Emily a subi une lésion au cerveau qui l’empêche maintenant de bien contrôler ses émotions. Pour une peccadille, elle se met en colère et devient violente. Lorsque cela lui arrive à l’hôpital, on lance un Code blanc pour appeler une équipe spécialisée en intervention non violente. Cette équipe comprend des agents de la sécurité et amène les ressources médicales et physiques nécessaires pour restreindre Emily en cas de besoin. Ces ressources réconfortent beaucoup Carol. Malheureusement, l’édifice du 311 McArthur ne dispose pas de ces ressources, alors quand elle y amène sa fille, elle est sur des charbons ardents. On y trouve des professionnels de la santé, mais pas d’agents de sécurité et rien pour restreindre Emily. « Et on n’y sent pas la bonne atmosphère du CHEO », ajoute Carol. Solution : Construire un édifice à côté de l’Hôpital qui présentera une atmosphère plus cordiale et sécuritaire parce que le personnel pourra lancer un Code blanc.

Le local du bureau de cette clinique l’empêche de progresser

Martine est une fonctionnaire haut placée dont la fille de 14 ans est atteinte d’un trouble de stress post-traumatique grave à cause d’un traumatisme qu’elle a subi quand elle était enfant. Elle a tellement peur du monde qu’elle ne peut pas sortir de chez elle sans son chien de service. Elle ne peut pas aller à l’école. Elle a reçu des soins au 311 McArthur pendant près de deux ans, mais cet établissement a un aspect si austère que les services vont à l’encontre du rétablissement de la jeune fille. Il lui faut un établissement où des experts lui donneront un sentiment de sécurité. Chaque visite à McArthur est pour elle un combat sur sa frayeur, et ses progrès sont extrêmement lents. Solution : Construire dans le campus du CHEO un nouvel édifice spacieux, accueillant et sécuritaire conçu pour les besoins des jeunes comme Martine.

Créer un lieu pour les familles isolées par les soins complexes qu’elles assument

Liam est né avec un œil aveugle. Dès son plus jeune âge, il a dû porter un casque pour corriger la forme de son crâne. Avant qu’il fête ses deux ans, on avait déjà diagnostiqué chez lui un trouble de l’autisme. Liam apporte beaucoup de bonheur à ses parents malgré ses besoins particuliers complexes. Ses parents doivent le surveiller de très près quand il ne dort pas. Ils doivent l’amener à ses nombreux rendez-vous un peu partout dans la ville pour qu’il reçoive les soins nécessaires. Ils désirent plus que tout un endroit où ils pourraient rencontrer d’autres familles qui sont dans cette même situation. Pour le moment, ils ne rencontrent que des médecins et des thérapeutes, mais pas de parents qui vivent la même expérience. Solution : Construire dans le campus du CHEO un édifice où se trouveraient les médecins et les spécialistes et où les familles pourraient trouver des ressources et se rencontrer.

Impliquez-vous
Liens rapides

Programmes et info santé
magnifying glass

Letter aLetter bLetter cLetter eLetter fLetter g Letter hLetter iLetter jLetter kLetter lLetter mLetter nLetter oLetter pLetter qLetter rLetter sLetter t Letter uLetter vLetter wLetter xLetter yLetter z
 
Zoomed image Close