CHEO Logo
Decrease Text SizeIncrease Text SizeFacebookTwitterYoutubeInstagramLinkedIn

Banner
image de jeune fille en utilisant désinfectant pour les mains avec le texte securite des patients

Infection : déclaration publique

Rapport mensuel - Clostridium difficile

novembre 2017

Nombre de cas d’infection de C difficile = 0

Nombre de jours/patients = 2 212
(Excluant les enfants de moins d’un an)

Taux d’infection = 0 / 2 212 X 1 000 = 0%

La déclaration du C difficile

Qu’est-ce que le C difficile ?

Le Clostridium difficile (C difficile) est une bactérie (microbe) qui cause la diarrhée et des problèmes intestinaux plus graves, comme la colite. C’est, dans le monde industrialisé, la cause la plus courante de diarrhée infectieuse chez les patients hospitalisés. L’utilisation des antibiotiques augmente le risque de contracter la diarrhée par C difficile. Le traitement aux antibiotiques altère les niveaux normaux de bonnes bactéries qui se trouvent dans les intestins et le côlon. Quand il y a moins de ces bonnes bactéries, les C difficile peuvent s’épanouir et produire des toxines (poisons) qui peuvent causer une infection.

Pourquoi faut-il déclarer nos taux de C difficile ?

Le ministère de la Santé et des Soins de longue durée a récemment introduit la pleine déclaration publique de certains indicateurs de la sécurité des patients. Nous devons maintenant publier les taux d’infection au C difficile enregistrés dans notre hôpital chez les enfants de plus d’un an. Les enfants de moins d’un an sont exclus parce que jusqu’à la moitié des nouveau-nés en bonne santé peuvent avoir cette bactérie dans leurs selles sans pourtant être malades. La déclaration publique est un exemple de notre engagement envers la sécurité des patients dans notre hôpital et dans la province.

Que signifient les chiffres ?

Vous verrez deux séries de chiffres sur le site web. L’un d’eux est le nombre de nouveaux cas de C difficile qui se produisent chaque mois, l’autre étant le taux d’infection par C difficile. Ce taux est calculé en divisant le nombre de nouveaux cas par le nombre de jours/ patients utilisés pendant ce mois. Le chiffre obtenu est alors multiplié par 1 000 pour pouvoir facilement être comparé d’un mois à l’autre.

Qu’est-ce qu’un jour/patient ?

Un jour/patient est compté pour chaque jour qu’un patient est admis à un lit de notre hôpital (les jours/patients pour ce rapport n’incluent pas les enfants de moins d’un an). Donc si un patient était hospitalisé du 1er au 30 septembre, on calculerait 30 jours/patients. Si un autre patient a été hospitalisé du 20 au 25 septembre, on ajouterait cinq jours/patients supplémentaires.

Pourquoi utilise-t-on les jours/patients plutôt que le nombre de patients ?

Ce taux est basé sur les jours/patients plutôt que le nombre de patients hospitalisés (admissions) parce que nous savons que les patients hospitalisés sur une longue période courent un plus grand risque de contracter une infection reliée à l’hospitalisation que ceux qui ne sont hospitalisés que pendant quelques jours. Si nous calculions notre taux selon le nombre de patients, nous indiquerions que chaque patient court le même risque, ce qui est faux. Donc, nous utilisons des jours/patients pour fournir un calcul plus exact du taux d’infections.

Pourquoi les taux d’infection sont-ils différents d’un hôpital à un autre ?

Les taux d’infection par C difficile sont affectés par de nombreux facteurs, comme la taille de l’établissement, le type de patients qui y sont traités, le type de traitement fourni et la présence d’une éclosion infectieuse.

Taille de l’établissement :

Dans les petits établissements, un seul cas de C difficile peut paraître élevé quand on le traduit par un taux. C’est parce que le dénominateur utilisé (jours/patients) est bien plus petit que dans un grand établissement. Par exemple, si l’hôpital A de 30 lits a été complètement plein pendant 30 jours du mois, il y aurait 900 jours/patients pour ce mois. Si un hôpital bien plus grand (hôpital B) a 300 lits et qu’il a été complètement plein pendant ce mois, le dénominateur des jours/patients serait de 9 000.

  • Si l’hôpital A enregistre 1 cas de C difficile pendant le mois, le taux serait de 1/900 x 1 000 = 1,11 pour chaque 1 000 jours/patients.
  • Si l’hôpital B enregistre 1 cas de C difficile pendant le mois, ce taux serait de 1/9 000 x 1 000 = 0,11 pour chaque 1 000 patients.

Les types de patients vus :

Certains patients courent un risque accru de contracter le C difficile par rapport aux autres. En général, ceci inclut les patients qui ont des problèmes sous-jacents graves de système immunitaire, ceux qui ont une maladie des intestins, comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse, les patients âgés de plus de 65 ans et ceux qui prennent beaucoup d’antiacides (comme Tums®).

Les types de traitement donnés :

Certains hôpitaux ont des programmes spéciaux utilisant des traitements qui font courir aux patients un risque accru de contracter une infection par C difficile. Ceci inclut la chimiothérapie pour le cancer, les opérations des intestins ainsi que l’utilisation fréquente des antibiotiques.

Les hôpitaux qui voient régulièrement les patients ayant ce type de maladie et recevant ce type de traitement pourraient enregistrer un taux plus élevé d’infection de type C difficile simplement parce que les patients courent un risque plus élevé.

Éclosions : si un hôpital enregistre une série de cas de C difficile ou une éclosion, il se pourrait que le taux pour le mois semble très élevé. Dès qu’une éclosion est identifiée, l’hôpital introduit des mesures très strictes pour veiller à y mettre fin aussi rapidement que possible. Une fois la situation redevenue normale, les taux reviendra à un niveau normal.

Questions et réponses sur le C Difficile

Qu’est-ce que le C difficile ?

Le C difficile est une bactérie (un microbe) qui cause la diarrhée et des problèmes intestinaux plus graves comme la colite. Cette bactérie peut vivre dans nos intestins. Il y a beaucoup de bactéries qui vivent tout le temps dans l’intestin (certaines aident même à digérer les aliments). Généralement, les autres bactéries sont en compétition avec le C difficile, et ne le laissent pas trop se multiplier. Quand les autres bactéries sont perturbées par quelque chose comme un antibiotique (qui tue les bonnes autant que les mauvaises bactéries), le C difficile en profite pour se multiplier et peut causer une infection. C’est la cause la plus courante des diarrhée infectieuses dans les hôpitaux.

Jusqu’à la moitié des nouveau-nés en bonne santé peuvent avoir la bactérie dans leurs selles mais sans être malades. Ceci est appelé colonisation. Après l’âge de 5 ans, ce taux devient semblable à celui des adultes, environ 5 % ayant cette bactérie sans être malades.

Comment est-ce qu’on contracte le C difficile ?

Quand une personne est infectée par le C difficile, les bactéries quittent leur corps dans leurs selles (quand ils vont aux toilettes), et peuvent rester dans l’environnement. Les bactéries C difficile peuvent prendre une forme différente (des spores) qui vivent très longtemps. Une autre personne peut devenir infectée si elle mange ces spores. Ceci peut se produire si la personne a les mains contaminées par des spores et qu’elle touche sa bouche. Les mains contaminées peuvent aussi transmettre des spores à quelqu’un d’autre.

Comment est-ce que je peux savoir si j’ai le C difficile ?

Une fois qu’on a mangé le spore, il peut vivre tranquillement dans l’intestin avec les autres bactéries. Si le C difficile se multiplie, il peut produire une toxine capable de causer l’enflure de l’estomac. Ceci cause la diarrhée et parfois une douleur abdominale. Dans certains cas, la douleur peut être très forte. Pour savoir si la diarrhée est causée par le C difficile, votre médecin prescrira un test permettant d’identifier la toxine.

Quels sont les symptômes de l’infection de type C difficile ?

L’infection de type C difficile cause généralement une diarrhée légère à modérée, qui peut être accompagnée de crampes abdominales et de fièvre. Chez les enfants, la diarrhée est le symptôme le plus courant. Dans certains cas, il peut y avoir une diarrhée plus grave et, rarement, une opération est nécessaire parce que l’intestin est très endommagé. Dans des cas extrêmes, l’infection de type C difficile peut causer la mort.

Qui court un risque de contracter une infection de type C difficile ?

Les gens qui ont pris un antibiotique courent un risque plus élevé d’avoir une infection de type C difficile, parce que ces médicaments perturbent l’équilibre des bactéries dans l’intestin. De plus, l’âge avancé, d’autres maladies graves et la mauvaise santé générale peuvent augmenter le risque de maladie plus grave.

Pourquoi le C difficile est-il un tel problème actuellement ?

Le C difficile a été identifié comme représentant un sujet d’inquiétude en matière de soins de santé depuis plus de 30 ans, mais récemment une nouvelle souche a fait son apparition et elle semble cause davantage de problèmes. Par conséquent, tous les hôpitaux se penchent plus attentivement sur le C difficile que par le passé.

Le C difficile peut-il être traité ?

Oui. Parfois, arrêter l’antibiotique que vous prenez peut mettre fin à l’infection de type C difficile, parce que les bactéries normales repoussent et reprennent le contrôle. On utilise certains antibiotiques spéciaux pour traiter l’infection de type C difficile. Parfois il faut en prescrire plusieurs séries de traitements, mais ils sont normalement très efficaces pour traiter cette infection.

Les membres de ma famille et mes amis peuvent-ils contracter le C difficile ?

Les personnes en bonne santé qui ne prennent pas d’antibiotique courent un faible risque de contracter une infection de type C difficile. Pour se protéger contre ce léger risque, elles devraient se laver les mains après avoir été en contact avec vous et suivre les précautions que le personnel leur expliquera. Vous pouvez quand même avoir des visiteurs, même si vous avez le C difficile, mais ils doivent comprendre l’importance de se laver les mains en quittant votre chambre. Ils doivent aussi porter une blouse et des gants s’ils vous soignent, tout comme le personnel, et ne pas s’asseoir sur votre lit ou sur une chaise d’aisance.

Que fait le CHEO pour veiller à ma sécurité ?

Surveiller attentivement les cas de C difficile est une étape importante pour veiller à votre sécurité. Ceci est appelé surveillance, nous permet de savoir s’il y a un problème à l’hôpital et de comprendre quelle est la magnitude du problème. De plus, nous fournissons un enseignement à notre personnel concernant le risque de contracter le C difficile et l’importance de se laver les mains pour prévenir la propagation des maladies. S’il y a une série de cas de C difficile, nous veillons à ce que notre personnel de l’entretien ménager participe à des activités de nettoyage supplémentaires. Comme nous suivons de près la situation, nous pouvons administrer très tôt le bon médicament au besoin, pour traiter l’infection.

Que devrais-je faire à l’hôpital ?

Lavez-vous régulièrement les mains après être allé aux toilettes et avant de manger. Rappelez aux autres, y compris vos infirmières et vos médecins, de se laver les mains avant de vous toucher. Le lavage des mains, c’est la meilleure manière pour tout le monde d’éviter la propagation du C difficile et d’autres microbes. Si vous avez la diarrhée qui éclabousse par terre ou sur une autre surface de votre chambre, il faudra le signaler immédiatement à l’infirmière, car il faudra que ceci soit adéquatement nettoyé.

Quelles sont les précautions spéciales ou l’isolement nécessaires ?

Les patients qui ont une infection de type C difficile peuvent propager des spores dans leur environnement plus facilement que les patients qui ne sont pas malades. Comme il y a d’autres patients malades, à l’hôpital, et de nombreux patients qui prennent un antibiotique, il y a beaucoup de gens qui courent le risque d’avoir une infection s’ils contractent le C difficile. Nous ne voulons pas que le C difficile les atteigne. Pour aider à protéger tout le monde, nous prenons des précautions spéciales, y compris des blouses et des gants, et nous nous lavons les mains souvent quand nous soignons un patient qui a le C difficile. Si vous avez la diarrhée causée par le C difficile pendant que vous êtes à l’hôpital, on prendra des précautions spéciales à votre égard. Ceci pourrait vouloir dire que vous devrez être placé dans une chambre privée, ou vous aurez une chaise d’aisance ou toilette particulière à utiliser pendant que vous avez la diarrhée. Les visiteurs qui viendront vous voir pendant que vous êtes soumis à des précautions spéciales ne devront pas entrer dans les autres chambres de patients. Nous vous demanderons de rester dans votre chambre jusqu’à l’arrêt de votre diarrhée. Une fois que vous aurez passé 2 jours sans diarrhée, ces précautions spéciales seront arrêtées.

Que devrais-je faire en rentrant à la maison ?

Souvenez-vous, les gens en bonne santé, comme les membres de votre famille et vos amis, courent un très faible risque de contracter une infection de type C difficile.

Lavez-vous les mains :

Lavez-vous les mains pendant au moins 15 secondes :

  • après avoir utilisé les toilettes,
  • après avoir touché des surfaces sales ou contaminées,
  • avant de manger ou
  • avant de préparer les repas.

Rappelez aussi aux autres gens chez vous de se laver les mains régulièrement. Si les personnes qui vous soignent doivent manipuler des selles ou autres liquides corporels, ils devront porter des gants et se laver les mains quand ils enlèvent leurs gants.

Nettoyage de la maison :

un produit de nettoyage tout usage normal peut être utilisé, même si vous avez le C difficile. Veillez à suivre les instructions données sur l’étiquette et bien frotter pour nettoyer les surfaces. Les toilettes et les salles de bains nécessitent une attention particulière. Si des selles ont été éclaboussées sur une surface, il faut les enlever en premier, puis nettoyer à l’aide du produit de nettoyage. Dans la mesure du possible, utilisez votre propre salle de bains jusqu’à l’arrêt de votre diarrhée.

Lessive :

Si des vêtements sont souillés par des selles, ils doivent être lavés séparément, une fois les selles rincées. De l’eau chaude et du savon sont utiles pour enlever les bactéries. Il faudrait aussi sécher les vêtements dans une sécheuse.

Vaisselle :

Laver régulièrement la vaisselle dans l’évier, avec du détergent et de l’eau chaude, ou dans un lave-vaisselle ne présente pas de problème. Vous ne devriez pas partager vos assiettes et vos ustensiles.

Médicaments :

Il est très important que vous preniez tous les médicaments prescrits par votre médecin. Ne prenez pas de médicaments achetés en pharmacie pour arrêter la diarrhée (comme Imodium®).

Parlez à votre médecin :

Si la diarrhée ne s’arrête pas ou si elle revient, contactez votre médecin.

Impliquez-vous
image decoratif

Promotion des intérêts

Vous aussi pouvez aider!

image decoratif

Je contribue

Les façons de contribuer 

image decoratif

Je partage

Partagez votre histoire!

Liens rapides

Programmes et info santé
magnifying glass

Letter aLetter bLetter cLetter eLetter fLetter g Letter hLetter iLetter jLetter kLetter lLetter mLetter nLetter oLetter pLetter qLetter rLetter sLetter t Letter uLetter vLetter wLetter xLetter yLetter z
 
Zoomed image Close