CHEO Logo
Decrease Text SizeIncrease Text SizeFacebookTwitterYoutubeInstagramLinkedIn

Banner
 
retour az

La dysplasie bronchopulmonaire

Prévention des complications et pronostic de la DBP

Une once (30 grammes) de prévention…

Éviter les infections

Vous pouvez avoir recours à plusieurs mesures pour éviter que votre enfant atteint de DBP ne soit confronté à des problèmes. Ainsi, il faut d’abord et avant tout chercher à éviter que des gens ne viennent visiter votre enfant quand ils sont manifestement enrhumés ou affligés d’une infection respiratoire. Vous devriez également éviter de visiter toute personne visiblement malade. Lorsque votre enfant est très jeune, vous devriez consulter les autres membres de votre famille et votre médecin avant de décider d’aller dans un centre commercial ou dans un autre endroit public. Si votre enfant atteint de DBP a des frères et des soeurs plus âgés que lui qui vont à l’école, il n’y a pas grand chose à faire pour empêcher les infections de franchir votre porte si ce n’est d’insister pour que chacun utilise sa propre serviette. Si vous en avez les moyens financiers, privilégiez les garderies où le rapport gardienne-enfants est le moins élevé, car cela peut diminuer le nombre d’infections que votre enfant risque d’attraper.

Éviter la fumée du tabac

image decoratifLa deuxième mesure la plus importante consiste à ne pas fumer dans la maison. Idéalement, votre famille et vous devriez songer à ne plus fumer! Il va de soi que si votre enfant suit une oxygénothérapie, il est interdit de fumer dans la maison en raison des risques d’incendie que cela comporte. Le tabagisme augmente également les risques d’inflammation pulmonaire, aggrave la fonction respiratoire et prédispose davantage aux infections respiratoires graves comme la pneumonie.

Immunisations

Une autre façon de prévenir les problèmes consiste à veiller à ce que votre enfant obtienne tous les vaccins requis. Après l’âge de 6 mois, vous devriez songer à faire vacciner chaque année votre enfant contre la grippe.

Un vaccin contre le virus respiratoire syncitial (VRS) est devenus récemment licensé au Canada. Ce virus peut causer la bronchiolite, la pneumonie et d'autres maladies provoquant une respiration sifflante. Le vaccin s'appel Palivizumab (Synagis)®. Contrairement à d'autres vaccins ordinaires, celui-ci ne confère pas une protection prolongée contre le VRS, mais plutôt une protection d'une durée limitée de seulement un mois après chaque injection. Ce vaccin doit donc être donné sur une base mensuelle, pendant la période où l'enfant risque le plus d'attraper le VRS (soit environ d'octobre à avril). Soulignons que ce vaccin n'élimine pas complètement le risque d'infection grave au VRS, mais diminue d'environ 40 p. 100 le risque d'infection au VRS nécessitant une hospitalisation pendant la période à risques élevés chez les nourrissons non atteints de DBP, puis de 80 p. 100 chez les prématurés non atteints de DBP. Il peut réduire le risque d'admission dans une unité de soins pédiatriques intensifs (USPI), mais n'a pas semblé diminuer la nécessité d'utiliser un ventilateur dans cette même unité ni réduire la mortalité, bien que les taux de mortalité enregistrés au Canada découlant du VRS chez les prématurés soient minimes. Le risque d'hospitalisation de prématurés à cause d'une infection au VRS est d'environ 5 p. 100, mais ce pourcentage varie beaucoup d'une région à l'autre.

Palivizumab (Synagis)®. est préparé à partir d'anticorps modifiés de souris qui, croit-on, ne peuvent transmettre de virus dans le sang. Ce vaccin est administré par injection intramusculaire (comme plusieurs autres vaccins), de sorte que chaque dose est donnée instantanément et la quantité de liquide requise est infime. Ce vaccin protège uniquement contre le VRS.

Ce vaccin et très dispendieux et n'est pas entièrement efficace. La décision d'administrer ou non ce vaccin devrait être prise conjointement par les parents et le médecin traitant du nourrisson. Les directives appliquées au Canada suggèrent que ces vaccins soient pris en considération pour :

  • Les nourrissons de moins de 2 ans atteints de DBP qui eu ont besoin d'oxygène d'appoint dans les 6 mois suivant le début de la saison où le VRS était à son point culminant.
  • Les prématurés qui sont nés à 32 semaines de gestation ou avant et qui ont moins de 6 mois au début de la saison où le VRS est à son point culminant.

Les parents ne devraient pas commencer à faire donner ces vaccins à leur enfant à moins d'avoir l'intention de poursuivre le programme de vaccination mensuel jusqu'à la fin de la saison du VRS (laquelle dure environ 5 mois au Canada). À l'heure actuelle, ce vaccin n'est pas donné aux enfants qui sont atteints de cardiopathie congénitale grave en raison des problèmes de sécurité soulevés pendant des études avec de semblable vaccins contre le VRS.

Problèmes d’hydratation : Déshydration et hyperhydratation

Les bébés atteints de DBP sont très sensibles à la quantité de liquides absorbée. En effet, une perte excessive de liquide peut mener à une dangereuse déshydratation (une quantité trop peu élevée de liquide dans l’organisme faisant chuter la tension artérielle et réduisant la quantité d’urine excrétée). Une perte excessive de liquide peut être causée par une température trop élevée dans la maison (p. ex. : lorsqu’il fait très chaud l’été), par de la fièvre, des vomissements, de la diarrhée et une augmentation des doses de diurétiques. Les symptômes de déshydratation comprennent une diminution de l’urine, l’absence de larmes quand le bébé pleure, de la fatigue et des yeux cernés. Les bébés qui prennent des diurétiques ont, au départ, moins d’eau dans leur organisme et risquent donc davantage de devenir déshydratés dans ce genre de situations. Par conséquent, si votre bébé prend des diurétiques, vous devriez veiller à ce qu’il ne se déshydrate pas lorsqu’il fait chaud, ou encore lorsqu’il attrape une « grippe intestinale » ou une « gastro ». Rappelez-vous que traiter la déshydratation par une hyperhydratation peut s’avérer dangereuse pour un bébé atteint de DBP, alors discutez avec votre médecin de la quantité de liquide que vous devriez donner à votre bébé dans une situation comme celle-là. Si vous lui donnez trop de liquide, il peut souffrir d’enflure et ce liquide peut s’accumuler dans ses poumons (œdème pulmonaire).

Pronostic de la DBP

La dysplasie bronchopulmonaire a été initialement reconnue comme une maladie distincte en 1967 par le Dr W. H. Northway, après que des découvertes en néonatologie dans les années 1950 et 1960 aient augmenté les chances de survie des minuscules prématurés. Cela fait de la DBP une maladie incroyablement « nouvelle » et ses plus « vieux » malades ont maintenant atteint le début de la trentaine! Nous commençons maintenant à en découvrir davantage sur les enfants plus vieux et les jeunes adultes atteints de DBP, mais nous ignorerons encore pendant de nombreuses années ce qu’il advient d’eux lorsqu’ils franchissent le cap de la quarantaine ou lorsqu’ils arrivent à l’âge d’or!

Les bébés naissent avec environ 20 millions de sacs alvéolaires. À 8 ans, ils en auront environ 200 millions (à partir de cet âge, les poumons continuent de se développer, mais ils le font en grossissant les sacs alvéolaires qu’ils ont déjà plutôt qu’en en faisant pousser de nouveaux). Avec une bonne nutrition, les enfants atteints de DBP devraient être en mesure de développer des sacs alvéolaires aussi bien que n’importe quel autre enfant. Un bébé est très touché lorsqu’il lui manque quelques millions de sacs alvéolaires sur un total de 20 millions en raison des tissus cicatriciels causés par la DBP dont il est atteint. Ainsi, s’il attrape une infection respiratoire, quelques millions de sacs alvéolaires additionnels deviennent « hors service » et l’enfant risque alors d’avoir beaucoup de difficulté à respirer et, peut-être, de devoir être hospitalisé à nouveau. En revanche, au fur et à mesure que l’enfant développera de nouveaux sacs alvéolaires en santé, ces quelques millions d’alvéoles marquées de tissu cicatriciel vont avoir de moins en moins d’importance, et l’enfant va être en mesure de composer de mieux en mieux avec les infections. Vers la fin de l’enfance, le fait d’avoir quelques millions de sacs alvéolaires en moins sur un total de 100 millions ou plus importera très peu.

La DBP cause le plus de difficultés au cours de la première année de vie. Tragiquement, certains bébés atteints de DBP ne survivront pas et la plupart des décès imputables à cette maladie se produisent au cours de cette première année. Une fois que les bébés réussissent à « franchir » ce cap de la première année, les problèmes reliés à la DBP (tels que l’oxygène d’appoint ou la nécessité d’une hospitalisation en raison d’une infection respiratoire) deviennent de moins en moins fréquents.

La fonction respiratoire est habituellement assez bonne après la première année de vie. L’asthme est la complication pulmonaire à long terme la plus fréquente reliée à la DBP. En effet, jusqu’à 50 p. 100 des personnes atteintes de DBP afficheront des symptômes d’asthme à un moment donné de leur vie, bien que ceux-ci soient rarement sérieux. Ces symptômes peuvent comprendre une respiration sifflante ou de la difficulté à respirer pendant un rhume, ou encore de l’essoufflement ou une respiration sifflante au cours d’un exercice prolongé. L’administration de médicaments pour soigner l’asthme tels que les bronchodilatateurs ou les anti-inflammatoires permet de soulager ces symptômes. Nos connaissances des résultats à long terme de l’asthme des enfants atteints de DBP sont encore limitées. Des tests poussés menés en laboratoire peuvent déceler des changements de type asthmatique dans les poumons de près de 90 p. 100 des personnes atteintes de DBP, même vers la fin de leur adolescence et le début de leur vingtaine, bien que relativement peu d’entre eux continuent à ressentir des symptômes d’asthme.

Une quantité très, très minime d’enfants atteints de DBP sont gravement handicapés en raison de problèmes pulmonaires. De récentes études ont révélé que les résultats de tests de fonctions respiratoires, tels que la capacité à souffler rapidement de l’air dans les bronches pour en vider les poumons, étaient, en moyenne, légèrement plus faibles que la moyenne. En revanche, des études ont également démontré que la plupart des enfants et des adultes atteints de DBP possédaient les capacités normales requises pour faire de l’exercice. La plupart des enfants et des adultes atteints de DBP n’ont aucun problème pulmonaire mineur plus tard dans la vie, malgré un début parfois difficile !

Impliquez-vous


Logo d'Alliance pour la santé des enfants 

Améliore l’accès à des soins de santé coordonnés, continus et de grande qualité pour les enfants, les adolescents et leurs familles.

Liens rapides

Programmes et info santé
magnifying glass

Letter aLetter bLetter cLetter eLetter fLetter g Letter hLetter iLetter jLetter kLetter lLetter mLetter nLetter oLetter pLetter qLetter rLetter sLetter t Letter uLetter vLetter wLetter xLetter yLetter z