CHEO Logo
Decrease Text SizeIncrease Text SizeFacebookTwitterYoutubeInstagramLinkedIn

Banner
 
retour az

La dysplasie bronchopulmonaire

Renseignez-moi sur la dysplasie bronchopulmonaire (DBP)

Existe-t-il des facteurs de risque pour la DBP ?

Le principal facteur de risque de la DBP est la prématurité. Plus le nouveau-né est petit ou plus il naît prématurément, plus son risque de souffrir de DBP est élevé.
Incidence de DBP (%), par poids à la naissance (g)
Incidence de DBP (%), par poids à la naissance (g)

Certains médecins croient que la DBP frappe plus souvent les familles dont les membres sont asthmatiques, mais cette opinion est controversée.

Quels sont les symptômes de la DBP ?

De quels symptômes devriez-vous surveiller l’apparition ?

Vous aurez probablement appris la plupart des habiletés nécessaires pour évaluer les besoins de votre bébé atteint de DBP auprès du personnel infirmier de l’unité néo-natale des soins intensifs, et ce, bien avant que votre enfant n’ait obtenu son congé de l’hôpital.

Problèmes respiratoires (détresse respiratoire)

Vos yeux demeurent la meilleure façon de « surveiller » la respiration de votre bébé. Apprenez à reconnaître l’apparence habituelle de votre nourrisson lorsqu’il respire normalement – les efforts qu’il semble devoir déployer pour respirer, si les petits espaces entre ses côtes (ou dans la partie supérieure de son estomac, sous la cage thoracique, ou encore dans le creux à l’avant du cou) s’enfoncent habituellement chaque fois qu’il prend une inspiration et à quelle profondeur. Ainsi, si votre bébé semble déployer « plus d’efforts que d’habitude », il a probablement des problèmes respiratoires. La cause la plus fréquente de ce phénomène est une infection. La présence d’un surplus de liquide dans les poumons constitue également une cause fréquente de détresse respiratoire. Certains parents apprennent à compter le rythme de la respiration (compter pendant 15 secondes, puis multiplier par 4). Si vous choisissez cette méthode, familiarisez-vous avec le rythme auquel votre bébé respire habituellement lorsqu’il dort, puis lorsqu’il est éveillé et actif, car ce rythme varie normalement pendant la journée et d’un jour à l’autre. Une augmentation marquée dans ce rythme signifie fréquemment la présence d’un problème respiratoire.

Diminution dans la teneur en oxygène (coloration bleue de la peau, cyanose ou désaturation)

Vous devriez également apprendre à reconnaître le teint de votre bébé. Certains parents en viennent à distinguer les plus petites variations dans le teint de leur enfant, par exemple quand sa peau devient « matte », un signe qu’il peut manquer d’oxygène. Les lèvres sont les premières à prendre une teinte bleutée. Or, cette coloration bleue de la peau peut être difficile à distinguer, car la peau des bébés peut sembler l’être lorsqu’ils ont froid ou lorsqu’ils se trouvent dans une pièce dont les murs sont recouverts d’un papier peint de cette couleur. Des cernes bleuâtres entourent souvent les yeux des bébés qui souffrent d’allergies, ou encore des enfants qui sont fatigués ou qui ont eu une infection, de sorte que leur présence ne signifie PAS que l’enfant manque d’oxygène. Si votre nourrisson reçoit une oxygénothérapie et que vous avez l’impression que son teint prend une teinte bleutée, vous devriez alors augmenter le débit d’oxygène qui lui est administré et faire vérifier le degré de saturation de son sang en oxygène. Si votre enfant ne suit pas d’oxygénothérapie, mais que vous disposez d’un appareil de contrôle de la saturation en oxygène, vous devriez l’utiliser pour déterminer si la saturation en oxygène de votre enfant est d’au moins de 90 à 92 %. Si vous ne disposez pas d’un tel appareil, faites vérifier le degré de saturation en oxygène de votre enfant dans une clinique médicale ou par un vendeur de gaz médical qui connaît votre enfant.

Certains parents disposent d’un appareil de contrôle de la saturation en oxygène (habituellement ceux dont l’enfant suit ou a récemment suivi une oxygénothérapie) et vérifient régulièrement le degré de saturation du sang de leur enfant en oxygène. Si vous faites partie de cette catégorie, vous devriez vérifier le « degré de saturation » lorsqu’il dort, lorsqu’il mange et lorsqu’il est éveillé. Il est fortement recommandé de consigner chacun des degrés de saturation obtenus lors de ces « vérifications ». La plupart des médecins recommandent une saturation en oxygène minimale de 90 à 92 p. 100 en tout temps (95 p. 100 si votre enfant souffre de surcharge ou de défaillance cardiaque).

Respiration sifflante

Beaucoup de parents écoutent également le son que fait leur enfant lorsqu’il respire. Une respiration sifflante (sifflement provenant de la poitrine, habituellement lors de l’expiration) peut aisément être confondue avec le gargouillement produit par le nez d’un bébé souffrant de congestion nasale prononcée. Chez les nourrissons et les enfants atteints de DBP, une respiration sifflante est habituellement associée à des symptômes de détresse respiratoire, de toux ou de manque d’oxygène.

Une respiration sifflante est généralement due à :
  • une infection respiratoire (telle qu’un rhume ou, parfois, une pneumonie ou une bronchiolite);
  • une accumulation excessive de liquide dans les poumons.

Toux

La toux est un important symptôme de problème respiratoire et peut être causée par :
  • Une inflammation chronique des poumons provoquée par la DBP,
  • une infection respiratoire (telle qu’un rhume ou, parfois, une pneumonie ou une bronchiolite),
  • une accumulation excessive de liquide dans les poumons,
  • une aspiration (inhalation du lait maternisé ou maternel, ou encore du contenu de l’estomac après l’avoir vomi ou régurgité).

Difficultés à s’alimenter

La difficulté à s’alimenter constitue un autre problème potentiel dont vous devriez surveiller l’apparition. Le lait ne devrait décidément pas se retrouver dans les poumons de qui que ce soit! Si votre enfant s’étouffe, tousse ou crache régulièrement lorsqu’il boit, vous devriez en informer votre médecin.

Chez certains nourrissons, le lait avalé « remonte de leur estomac jusque dans leur bouche » (phénomène communément appelé régurgitation ou reflux). Lorsque le lait ou l’acide digestif a remonté dans la bouche, il peut redescendre « par la mauvaise voie », jusque dans les poumons. Si votre nourrisson régurgite beaucoup après les tétées (surtout s’il tousse, s’étouffe ou crache lorsqu’il régurgite), vous devriez en informer votre médecin.

 

Impliquez-vous


Logo d'Alliance pour la santé des enfants 

Améliore l’accès à des soins de santé coordonnés, continus et de grande qualité pour les enfants, les adolescents et leurs familles.

Liens rapides

Programmes et info santé
magnifying glass

Letter aLetter bLetter cLetter eLetter fLetter g Letter hLetter iLetter jLetter kLetter lLetter mLetter nLetter oLetter pLetter qLetter rLetter sLetter t Letter uLetter vLetter wLetter xLetter yLetter z