CHEO Logo
Decrease Text SizeIncrease Text SizeFacebookTwitterYoutubeInstagramLinkedIn

Banner

Exemples de réussites

L'histoire de Shaylah

image de ShaylahLe 1er avril 2004 est un jour qui me hantera et qui m’inspirera tout au long de ma vie. Ce jour là, on m’a hospitalisée au CHEO pour le diabète de type 1 que les médecins venaient de diagnostiquer. La plupart des gens décriront le moment où on leur a annoncé qu’ils sont atteints d’une maladie chronique comme un jour de terreur, de perte de soi et de désespoir. Pour moi, ce jour a marqué un changement, un nouveau début, ma croissance. Une journée sombre qu’éclaircissaient les sourires des médecins, des infirmières pleines d’affection et du personnel attentif du CHEO.

Au cours des années, je me suis souvent demandé pourquoi j’avais été atteinte de cette maladie. Les injections d’insuline piquaient, mon niveau de glucose ne s’équilibrait jamais, je devais refuser une belle queue de castor parce que mon taux de glycémie était trop élevé, on me demandait souvent pourquoi j’avais de petits trous au bout des doigts et une drôle de machine à mon côté.

Je n’ai eu que très récemment l’occasion de vraiment apprécier les soins que je reçois au CHEO. Jusqu’à ce moment là, tous mes rendez-vous se passaient très bien. Les résultats de mon test A1C étaient parfaits, tout était beau, ce qui me donnait l’impression de bien maîtriser ce diabète. Mais un jour, mon rendez-vous se déroulait comme tous les autres – vérification de ma taille, de mon poids et de ma pression sanguine, ensuite les résultats du test A1C, le tout couronné d’une causette avec mon médecin. Mais à la dernière phase de cette routine, ma vie a plongé dans un trou noir. Les résultats de l’A1C étaient bien plus élevés qu’ils n’auraient dû l’être, ce qui risquait d’entraîner (si la situation ne se corrigeait pas) plusieurs complications avec l’âge. J’étais effondrée. Je me sentais entièrement seule, personne ne pourrait comprendre ce que je vivais. Mais mon endocrinologue, la Dre Margaret Lawson, a su exactement quoi dire pour me réconforter : « Je sais que cette maladie te fait peur, c’est dur et parfois frustrant. Tu as beaucoup de courage. Mais n’oublie jamais que tu ne traverses pas cette épreuve toute seule. » C’était tellement vrai… J’étais tellement habituée aux bons soins que je recevais au CHEO que j’avais oublié le pouvoir extraordinaire de la bonté de tous ces gens. J’avais non seulement une famille pleine d’amour à mes côtés, mais une équipe de personnel infirmier et de médecins toujours prêts à m’aider à avancer sur ce long et tortueux chemin.

Je viens d’avoir mon dernier rendez-vous en endocrinologie à la clinique C10. Comme ça a été le cas ces douze dernières années, on m’y a accueillie avec un sourire et beaucoup d’attention. Les derniers instants que j’ai passés à cette clinique illustrent toute mon expérience au CHEO. Avant de me dire au revoir, la Dre Lawson m’a prise dans son bureau pour m’expliquer comment les choses allaient se dérouler à l’avenir. Elle m’a demandé si j’étais inquiète de passer aux soins pour adultes. Elle m’a remis la documentation en veillant à ce que je connaisse toutes les procédures à suivre pour prendre soin de mon diabète. Avant de sortir de son bureau, je l’ai serrée bien fort dans mes bras en la remerciant de tout ce qu’elle avait fait pour moi. Elle m’a remerciée, et j’ai reçu un autre de ses sourires bienveillants… qui me réchaufferont le cœur encore pendant des années.

Impliquez-vous
Liens rapides

Programmes et info santé
magnifying glass

Letter aLetter bLetter cLetter eLetter fLetter g Letter hLetter iLetter jLetter kLetter lLetter mLetter nLetter oLetter pLetter qLetter rLetter sLetter t Letter uLetter vLetter wLetter xLetter yLetter z
 
Zoomed image Close