CHEO Logo
Decrease Text SizeIncrease Text SizeFacebookTwitterYoutube

Banner

Exemples de réussites

L’histoire d’Olivier

Les grands héros viennent en petits formats

Olivier Ulysse s’amuse à fabriquer un volcan dans la salle de jeux située à l’unité 4 ouest du CHEO. Avec l’aide de ses parents, il coupe soigneusement des bandes de plâtre et les trempe dans de l’eau, puis il les applique sur des boules d’ouate, et les colle à un grand monticule qui se trouve devant lui. Les bandes qui couvrent les boules d’ouate sécheront rapidement et donneront forme à un volcan.

Vous ne devineriez jamais, en regardant ce petit garçon jovial et absorbé par son jeu, qu’il y a en lui un volcan, endormi pour le moment, qui est entré violemment en éruption au début de janvier 2010. Olivier avec san famille

« Tout s’est passé très rapidement la nuit du 2 janvier, raconte Marie-Josée Cossette, la mère d’Olivier. Nous l’avons mis au lit à 20 h, tout était normal. Il avait passé une journée agréable à jouer avec ses nouveaux jouets de Noël et sa grande sœur Mathilde âgée de huit ans. Aux alentours de 21 h, il s’est réveillé soudainement et a vomi à plusieurs reprises. Il avait des douleurs et son estomac était enflé. Il haletait et avait de la difficulté à respirer. »

Le couple inquiet a emmené Olivier et sa grande sœur Mathilde tout droit au service des urgences du CHEO. « Nous pensions être de retour à la maison quelques heures plus tard », se rappelle Marie-Josée.
Une fois aux urgences du CHEO, Olivier a encore vomi. Il est passé rapidement au triage, où les infirmières ont vérifié ses signes vitaux. « On nous a rapidement transférés dans une salle plus grande où nous avons été soudain entourés de plusieurs infirmières et médecins, dit Marie-Josée. Ils ont effectué une batterie de tests et nous ont posé beaucoup de questions. »

Quelques heures après son arrivée aux urgences et après de nombreux tests, l’état de santé d’Olivier a empiré; c’est à ce moment-là que la famille a reçu des nouvelles bouleversantes. « Les médecins nous ont dit qu’ils allaient le transférer aux soins intensifs, raconte Marie-Josée. Ses signes vitaux étaient très faibles. Il avait beaucoup de douleur. Nous étions très inquiets et nous n’avions aucune idée de ce qui allait se passer. »
Les médecins ont expliqué à Marie-Josée et Stanley qu’ils devaient opérer Olivier. « Ils ont dit qu’ils n’avaient aucune idée du mal qu’il avait; ils étaient seulement sûrs que quelque chose n’allait pas dans son corps, explique Marie-Josée. Le médecin a dit que notre enfant était plus malade qu’on le pensait, que c’était très sérieux et qu’avec de tels signes vitaux nous serions déjà morts. »

« C’était un cauchemar, dit Marie-Josée. Olivier était un petit garçon en très bonne santé, normal, très heureux. On n’a pas, dans la famille, des antécédents de maladie grave. C’était un enfant insouciant et joyeux qui allait à la garderie. Et soudain, voilà où nous en étions. »

Après quatre heures en salle d’opération, l’équipe du CHEO a finalement pu expliquer aux parents inquiets qu’Olivier souffrait d’une torsion intestinale. Cela se produit quand une partie de l’intestin se noue. Dans le cas d’Olivier, une grande partie de son intestin s’est nécrosée, provoquant des dommages et tuant des cellules et des tissus. Le chirurgien a donc dû enlever une grande partie des intestins et du côlon d’Olivier.

« Après la première intervention chirurgicale, ses intestins étaient roses et la circulation sanguine était faible. Ils avaient besoin d’oxygène pour guérir, alors les médecins n’ont pas refermé la cavité abdominale. Ils voulaient attendre 24 heures pour voir si la nécrose se poursuivrait », explique Marie-Josée.

Au total, Olivier a subi trois opérations en trois jours. Une grande partie de ses intestins a été enlevée. À ce jour, il a subi six chirurgies abdominales de résection intestinale.

La guérison d’Olivier a été longue et douloureuse.

À la suite de l’ablation de la majorité des intestins, Olivier ne pouvait plus manger et digérer la nourriture normalement. « Ils ont dû introduire une sonde d’alimentation dans son bras, explique Marie-Josée, mais elle n’a pas fonctionné. Ils ont donc installé un cathéter central en faisant une petite incision dans une veine du cou et ils ont inséré un tube qui va jusqu’à son cœur. » Le cathéter veineux central sert à administrer des médicaments et des solutions nutritives ainsi qu’à faire des prélèvements de sang pour analyse.

Le 18 janvier, Olivier a fêté ses 3 ans, au CHEO. En fait, Olivier n’est jamais retourné à la maison depuis son arrivée au CHEO début janvier. Ses parents restent avec lui à tour de rôle. « Il n’est jamais seul », dit Stanley. Marie-Josée et Stanley sont dévoués à leur fils. Ils ont cessé de travailler temporairement et, à tour de rôle, ils passent leur temps avec Olivier et à prendre soin de leur fille ainée.

Le temps qu’ils passent au CHEO est un peu moins pénible grâce à l’aide de l’équipe médicale et de soutien qui est à leur disposition.

« On est au bon endroit », dit la maman.

Le couple n’a que des compliments quant aux soins prodigués à leur fils par le CHEO. « Les infirmières sont formidables, dit Stanley, elles ont appris à connaître Olivier et elles ont réussi à gagner sa confiance. Ils sont tous fantastiques : les infirmières, les diététistes, les spécialistes du milieu de l’enfant, toute l’équipe nous appuie », « et je leur fais confiance », ajoute Marie-Josée.

Olivier subira plus tard une autre opération qui joindra ses intestins à son côlon. Avec du temps et de la patience, on espère que ses intestins s’adapteront, permettant ainsi l’absorption de la nourriture pour qu’Olivier commence à manger par la bouche. « Mais, même s’il commence à manger, rien ne peut garantir que l’intestin absorbera la nourriture sans assistance », explique Marie-Josée.

Les parents d’Olivier s’enorgueillissent du courage et de la force de leur petit garçon. « Il s’est très bien adapté, dit son père, il considère le CHEO comme sa nouvelle garderie ».

Pour l’instant, la famille est assez optimiste et tire parti de chaque moment de la journée. « Sa chambre est pleine de jouets et chaque jour nous sortons jouer au parc, dit Stanley. Nous faisons tout notre possible pour qu’il passe une belle journée. Nous jouons à différents types de jeux, nous inventons des histoires », ajoute Marie-Josée.

Après tout, c’est cela avoir trois ans!

Dernières nouvelles :

Bonnes nouvelles! Olivier continue à s’améliorer. Le 29 juin 2010, Olivier a subi une autre opération importante au CHEO pour joindre ses intestins et son côlon. L’opération a été une réussite et on lui a donné son congé du CHEO juste à temps pour les fêtes de Noël. Février 2011 : Olivier, sa sœur Mathilde, en compagnie de sa grand-mère et de ses parents, ont passé une semaine incroyable au Disneyland d’Orlando, en Floride. Ce voyage a été possible grâce à l’association à but non lucratif Give Kids the World Village. La mère d’Olivier, Marie-Josée, nous a dit que la convalescence est en bonne voie, mais ce n’est pas fini. Il est prévu qu’Olivier subira une série de tests à l’Hôpital Sainte-Justine de Montréal, suivi d’une autre opération à l’hôpital Sick Kids à Toronto. Il poursuit son petit bonhomme de chemin.

Impliquez-vous
image decoratif

Promotion des intérêts

Vous aussi pouvez aider!

image decoratif

Je contribue

Les façons de contribuer 

image decoratif

Je partage

Partagez votre histoire!

Liens rapides

Programmes et info santé
magnifying glass

abcefg hijklmnopqrst uvwxyz
 
Zoomed image Close